• Oliver et compagnie(ou Oliver & compagnie)(1988)

    Classique #27

    Disponible en Blu-ray?: Non

    Oliver et compagnie
    résumé
    Le célèbre roman de Charles Dickens, revu et corrigé par les Productions Walt Disney, où le héros, Oliver Twist, endosse le costume d'un petit chaton. Le tout planté dans le décor du New York d'aujourd'hui.
     
    Source:www.ecranlarge.com
    bande-annonce
    Édition dvd
    Sortie: 2 février 2009
    Édition: 20e anniversaire
    Disponibilité: Disponible
    Doublage français proposé: Version québécoise
    Pistes audio: Français canadien, anglais, espagnol
    Sous-titres: Français, anglais, espagnol
     
    Source:www.lesgrandsclassiques.fr et Boîtier officiel
    Bonus présents
    -Les animaux animés de Disney(1:28) 
    -Le tournage d'Oliver et compagnie(5:31)
    -Album de découpures d'Oliver et compagnie(57 images)
    -Anecdotes cocasses du film(10)
    -1ere bande-annonce cinéma(1:33)
    -2e bande-annonce cinéma(0:31)
    -Bande-annonce télévisuelle(0:31)
    -Le retour d'un classique(1:59)
    -Jeu: Le défi d'Oliver dans la grande ville
    -Court-métrage: Donne la patte(8:08)
    -Court-métrage: Puss Café(7:09)
    -Karaoké – À quoi bon me tracasser?(3:25)
    -Karaoké – Des mines d'or(1:11)
    critique
    oliver
     
     
     
    L'édition que je vais critiquer est l'édition 20e anniversaire en DVD de Région 1, sorti en 2009 que je me suis procuré en 2011.
    film
    Oliver et compagnie fait partie de ces films qui font partie d'un entre-deux: Entre les longs-métrages où les animateurs s'adaptaient à la nouvelle situation du studio, et entre ce qu'on considère aujourd'hui comme le 3e âge d'or. Ce statut ne lui enlève pourtant aucune qualité.
     
    vlcsnap-2012-10-10-19h14m58s101
    Il est vrai que l'histoire du film est très prenante, et surtout inusité pour un film de la compagnie. Voir un sans-abri tenter de rembourser ses dettes, ça reste un thème adulte que les plus jeunes spectateurs ne comprendront sans doute pas. Pourtant, il y a de bonnes chances qu'ils apprécient le film, que ce soit pour les personnages attachants, l'action qui s'y déroule ou même le bon nombre de gags s'y trouvant. Un bon risque que Disney a pris, qui a, dans mon cas, porté fruit.
     
    vlcsnap-2012-10-10-19h15m56s153
    Lorsque vous regarderez le film, vous serez présenté à une histoire très bien construite, aux revirements inattendus et aux scènes inoubliables. Qui ne se souvient pas de la fameuse course poursuite sur les rails du métro, qui augmente mon rythme cardiaque à chaque fois. Il est juste un peu dommage que l'issue que les créateurs ont trouvé est complètement irréaliste. Malgré tout, c'est avec joie que nous suivons les chiens et Oliver tenter de sauver Jenny du mieux qu'ils le peuvent.
     
    vlcsnap-2012-10-10-19h16m12s95
    Le mieux dans tout ça, c'est que chaque chien a sa personnalité bien définie et par ailleurs très intéressante. Tito, le petit chihuahua agressif, saura nous faire rire à maintes occasions pendant que Francis, l'intellectuel, aura le même effet, mais différemment. Einstein est bien sur présent pour fournir un autre type d'humour, pendant que Rita est là pour apaiser le tout. L'Arsouille saura, quant à lui, nous intéresser par son attitude «cool» et son caractère insouciant. Georgette, malgré son caractère hautain, réussit à être attachante pendant que nous ne pouvons pas nous empêcher de soutenir Fagin dans ses épreuves, mais si ce qu'il fait n'est pas tout à fait réglo. Oliver reste le plus mignon de la troupe, et représente le personnage le plus travaillé du long-métrage.
     
    vlcsnap-2012-10-10-19h16m45s183
    Mais le véritable coup de maître est réellement représenté par Sykes, le méchant du film. C'est sans doute, avec McLeach de «Bernard et Bianca en Australie», l'antagoniste qui est prêt à aller le plus loin dans un but purement matérialiste. Il faut dire qu'il décide de kidnapper une jeune fille seulement pour toucher la rançon! Son attitude est elle aussi excellente, et très bien travaillée.
     
     
    vlcsnap-2012-10-10-19h18m58s218
    Il est temps de basculer du côté des bémols. Je commence doucement avec un seul personnage qui m'énerve au plus haut point: Jenny(mais qu'est-ce que j'ai avec les petites filles des films de Disney?) Je ne saurais dire si c'est la voix qu'ils ont choisie(Ce qui est sur, c'est que ça n'aide pas), son côté enfant gâté(fort probable) ou bien sa trop grande ressemblance avec Penny(encore plus probable), autre personnage que je déteste, mais ce que je sais, c'est qu'au final, quelque chose ne fonctionne pas avec ce personnage.
     
    vlcsnap-2012-10-10-19h12m51s136
    Continuons dans le mauvais avec les décors du film. Bien que du côté des personnages, il n'y a rien à redire, New York ne m'a jamais paru plus «sketchy» que dans un croquis, justement. On a souvent l'impression que les responsables ont bâclés le travail à ce niveau, surtout quand il s'agit de plans larges de la ville entière. Et c'est particulièrement dérangeant puisque durant ces plans, nous ne voyons que les décors! Rien pour détourner notre attention de ces affrosités donc... Au moins, on n'assiste pas au fiasco de «Les aventures de Bernard et Bianca»: les piétons bougent cette fois(en tout cas, la plupart du temps)!
     
    vlcsnap-2012-10-10-19h20m10s164
    Suit la musique. De ce côté, c'est couci-couça. Nous avons des chansons excellentes comme «À quoi bon me tracasser?» ou d'autres bonnes mais sans plus comme «Des mines d'or» et «La plus que parfaite». Mais nous avons aussi les autres. «Il était une fois à New York City» n'est pas trop mal, c'est sur, mais elle ralentit beaucoup le rythme du film étant donné qu'elle le commence. Ce que je veux dire par là, c'est qu'elle ne sort vraiment pas du lot et qu'elle est relativement ennuyeuse, et quand on commence un film comme ça, c'est rarement bon signe(Sauf dans ce cas-ci). Et il y a «De bonne compagnie» qui est désastreusement interprétée par Alice Raynard. Une raison de plus de détester Jenny, j'imagine.
     
    Au final, Oliver et compagnie n'est pas un film à apprécier pour ses décors et sa musique, mais plutôt pour son scénario solide et ses personnages attachants.
    vlcsnap-2012-10-10-19h20m54s97packaging
    oliver
     
     
     
     
    Le DVD de Oliver et compagnie est servi avec fourreau(même si je n'ai pas eu la chance de l'obtenir!), puis dans un boîtier Amaray blanc. Avec le boîtier est compris un petit livret concernant les Blu-ray Disney. 
     
    La jaquette vaut son pesant d'or. Tous les personnages qui y sont représentés sont reconnaissables, tout en étant magnifiques. La disposition est elle aussi très jolie et la vue de New York en arrière-plan est magnifiquement réalisée tout en étant assez discrète pour mettre les personnages de l'avant. Le seul bémol est accordé aux proportions, car la poubelle est beaucoup trop petite et Tito beaucoup trop grand.
     
    Le disque reprend le design habituel en ne possédant qu'un vulgaire sticker gris. 
     
     
     
     
    dvd
    Menu des langues
    Ce disque s'ouvre avec un menu des langues, comprenant le français, l'anglais et l'espagnol et une trame sonore, fait inhabituel pour un premier menu... Un petit détail qui me rend très satisfait! Bref, la bande-annonce habituelle de Disney m'apparaît par la suite, suivi de la fonction FastPlay. Accessibles via le menu principal, les bandes-annonces de Pinocchio en Blu-ray(VO), Là-haut au cinéma(VO), Les Tobby dans l'espace en Blu-ray(VO), Tobby: le joueur étoile en DVD(VO), Le chihuahua de Beverly Hills en Blu-ray(VO), Disney Movie Rewards(VO), Volt en Blu-ray(VO), Tigrou et Winnie dans une comédie musicale en DVD(VO), Clochette et le trésor perdu en Blu-ray(VO), Monstres inc. en Blu-ray(VO), Les Zic-Magines(VO) sont disponibles.
     
    Menu principal
    Le menu principal est sur une version instrumentale de «À quoi bon me tracasser?», avec en guise d'image L'Arsouille sur le toit d'un taxi en train de japper. Bien que son jappement finit par devenir éreintant, je dois dire que le menu est assez appréciable. Il aurait gagné à être un peu plus complexe, mais la simplicité, ce n'est pas toujours plus mal! Le menu Configuration est sur un air typiquement fin années 80, tout ça avec une image immobile de New York en guise de visuel. Les deux sous-menus reprennent le même principe, 
    vlcsnap-2012-10-10-19h22m44s164
    avec une trame de la bande originale. Le menu des suppléments reprend une musique endiablée sur un menu vivant avec pour vue une rue de New York. Quoique l'animation soit assez mal faite, on remercie l'attention. Les sous-menus reprennent, eux, une image immobile. Les scènes de l'index des scènes sont présentées en tant qu'affiche, une excellente idée.
     
    Pour ce qui est du film, il est vraiment affreux! Il y a un grain persistant, et quelques craquements notables. Je ne vois pas comment je pourrais accepter ça.
     
    vlcsnap-2012-10-10-19h24m00s156
    Quelques bonus sont également présents sur ce disque, à commencer par les deux karaokés, soit «À quoi bon me tracasser?» et «Des mines d'or»(À noter que, dans le menu, les chansons sont identifiées par leur nom français, et non québécois... De plus, les paroles sont traduites mots à mots de l'anglais, et n'ont rien à voir avec n'importe laquelle des deux traductions françaises. Un énorme moins de ce côté.
     
     
    vlcsnap-2012-10-10-19h27m03s252
    Le bonus qui suit est un jeu intitulé «Le défi d'Oliver dans la grande ville». La bonne nouvelle, c'est qu'il est doublé en français! La mauvaise, c'est que c'est en français européen. Les enfants habitués aux noms seront donc assez déstabilisés... Parce que le jeu est surtout destiné aux enfants, tant les questions sont enfantines(compter des saucissons ou se remémorer une couleur). Je ne suis clairement pas le public cible, je ne peux donc pas vraiment juger!
     
    vlcsnap-2012-10-10-19h28m04s48
    C'est dans le menu Les coulisses de Disney que nous commencerons l'exploration des vrais bonus! Et nous commençons en force avec «Le tournage d'Oliver et compagnie». Oui, le tournage, il semblerait qu'une version live ait été tournée on ne sait quand! Plus sérieusement, ce making-of du long-métrage ressemble beaucoup plus à une longue bande-accroche. On tente même de rassurer les gens quand on parle du CGI dans Oliver, en spécifiant qu'on ne remplace pas les animateurs par des ordinateurs, que les dessins sont encore effectués par des humains en chair et en os. On n'y apprend donc pas grand chose au final. Surtout qu'en 5 minutes, on ne peut aller qu'en surface.
     
    vlcsnap-2012-10-10-19h28m35s112
    Suit «Les animaux animés de Disney», qui n'a au final rien à voir avec son titre, puisqu'il s'agit d'une autre bande-annonce pour la ressortie cinéma du film. Un supplément difficile à juger positivement, donc.
     
    Nous pouvons ensuite découvrir une galerie photo. 57 images, ça peut sembler peu, mais il faut dire qu'elles sont toutes intéressantes. Qu'elles présentent une scène supprimée, des photos «behind the scenes» ou des concept arts, toutes amènent une certaine information. Ce sera donc le seul supplément appréciable de l'édition...
     
    vlcsnap-2012-10-10-19h29m04s123
    Nous en arrivons à quatre bandes-annonces, l'une pour la sortie originale, une autre pour la même occasion, mais conçue dans le but d'être diffusée à la télévision, une pour la ressortie et une dernière intitulée «Le retour d'un classique». La première a pour mérite de ne pas être présentée dans une trop mauvaise qualité, même si les couleurs sont massacrées. La deuxième est elle tout à fait présentable, même si la troisième la surpasse. La quatrième traite plutôt de la ressortie des classiques Disney en général, et pourquoi Disney est une telle exception dans le domaine cinématographique de ce côté. Beaucoup plus intéressant qu'une bande-annonce.
     
    vlcsnap-2012-10-10-20h01m18s68
    Comme son nom l'indique, les anecdotes cocasses du film sont des anecdotes entourant la conception du film. Ce sont simplement des images où ces anecdotes sont écrites. D'ailleurs, il n'y a eu aucun effort de traduction, ce supplément est entièrement en anglais. Très décevant.
     
    Les deux derniers suppléments sont des court-métrages, «Donne la patte» et «Puss Café». La qualité du premier est assez médiocre, on dirait un film téléchargé sur Internet tant l'image est pixelisé. Le défaut du deuxième réside dans les craquements, beaucoup trop présents.
    Note
    78420
    Total: 51%

    La note de 51% est donc accordée à cette édition 20e anniversaire qui est au final un bien mauvais cadeau pour ce long-métrage. Il a beau être excellent malgré la qualité des arrières-plans médiocre et la musique beaucoup trop ancrée dans son époque, la qualité de l'image nous empêche presque d'apprécier le film. Même si les menus sont pour la plupart bien pensés et la jaquette excellente, les erreurs trop fréquentes et le sticker gris sur le disque font baisser drastiquement la note accordée aux graphismes. Et ce n'est surtout pas les suppléments qui vont sauver la mise, car ils ne représentent que du matériel publicitaire, des chansons du film sans les paroles françaises ou bien des courts-métrages aucunement restaurés. Les points bonus que j'aurais accordé à l'édition pour la musique pendant le menu des langues ont été annulés par une trop grande insouciance dans tout le reste du contenu, notamment dans les sous-titres. Inutile de dire que ce film aurait mérité une bien meilleure édition!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique