• Raiponce

    Raiponce(2010)

    Classique #50

    Disponible en Blu-ray?: Oui

    Raiponce
    résumé
    Lorsque Flynn Rider, le bandit le plus recherché du royaume, se réfugie dans une mystérieuse tour, il se retrouve pris en otage par Raiponce, une belle jeune fille à l'impressionnante chevelure de 20 mètres de long. L'étonnante geôlière de Flynn cherche un moyen de sortir de cette tour où elle est enfermée depuis des années. Elle passe alors un accord avec le séduisant brigand...
     
    Source:www.ecranlarge.com
    bande-annonce
    Édition blu-ray
    Sortie: 29 mars 2011
    Édition: Standard
    Disponibilité: Disponible
    Doublage français proposé: Doublage québécois
    Pistes audio: Français canadien, anglais, espagnol.
    Sous-titres: Français canadien, anglais, espagnol.
     
    Sources: Boitier officiel et www.lesgrandsclassiques.fr
    Bonus présents
    -Réponses à propos de Raiponce: Les coulisses d'un conte de fées(12:28)
    -Scène supprimée – L'orignal enjoué(6:52)
    -Scène supprimée – Le courant se développe(1:44)
    -Scène supprimée – Igor le visionnaire(3:43)
    -Ouverture originale 1(3:57)
    -Ouverture originale 2(4:02)
    -Chanson prolongée – When Will My Life Begin?(3:35)
    -Chanson prolongée – Mother Knows Best(4:17)
    -Bande-accroche: Regard de Flynn(0:58)
    -Bande-accroche: La poêle à frire(0:56)
    -Bande-accroche: La poursuite policière(1:19)
    -Bande-accroche: Privée de sortie pour toujours(1:22)
    -Bande-accroche: Tour à vendre où à louer(0:41)
    -Bande-accroche: Raiponce capillaire(0:49)
    -Bande-accroche: Les aventures de Flynn: Vol de bijoux(1:01)
    -Bande-accroche: Les aventures de Flynn: Bras de fer(1:01)
    -Bande-accroche: Les aventures de Flynn: Poursuite sur les toits(1:02)
    -Compte à rebours du 50e long-métrage d'animation(2:04)
    critique 
    Raiponce
     
     
    L'édition que je vais critiquer est l'édition Standard en Blu-ray+DVD de Zone A et de Région 1, sorti en 2011 que je me suis procuré la même année.
     
     
     
    film
    Raiponce avait vraiment beaucoup de pression sur les épaules, vu son statut de 50e classique d'animation. Il se devait de rappeler ces chefs d'œuvre tout en étant empreint de modernité. Le long-métrage a-t-il réussi à effectuer cet exploit? Pour ma part, c'est un bilan mitigé.
     
    Commençons par parler de ce qui fonctionne: les relations entre les personnages. Il y a une réèlle complicité entre Flynn et Maximus ou Raiponce et Pascal, et une chimie indéniable entre nos deux 
    tangled-disneyscreencaps.com-3043
    amoureux. Ceci ajoute beaucoup au réalisme du film, puisque l'une des trames principales est bien sûr l'histoire d'amour entre Flynn et Raiponce. On peut aussi parler de Mère Gothel et Raiponce, qui forment un duo particulièrement intense par moment, et très drôle par d'autres.
     
    Ceci m'amène à un autre point positif de Raiponce, son humour. C'est en effet un film possédant des répliques très drôles, mais qui le sont d'autant plus en version originale. En effet, le doublage québécois manque un peu d'humour par rapport à son original.
     
    tangled-disneyscreencaps.com-8192
    Cependant, il a au moins le mérite de représenter tout ce que j'ai toujours voulu voir dans un doublage québécois: Les dialogues doublés en québécois et les paroles des chansons identiques au doublage français. Cela permet, entre autres, de ne pas avoir plusieurs versions des chansons, et ainsi, ne pas être dans l'obligation de s'habituer à une autre version si on a eu le malheur d'écouter les chansons dans la version française en premier.
     
    Parlant musique, ceci représente une autre prouesse du film. «Où est la vraie vie?» est ma favorite, car elle est entraînante et nous montre la jolie voix qui double 
    tangled-disneyscreencaps.com-1448
    Raiponce. «N'écoute que moi» est une autre bonne chanson, quoiqu'on aurait sans doute préféré une chanson plus diabolique comme musique de méchant. «J'ai un rêve» est une autre démonstration, s'il en fallait une, que le long-métrage est axé sur l'humour(sujet que j'aborderai un peu plus tard dans le test). «Je veux y croire» est une des chansons les plus magnifiques de Disney, mais vraiment massacrée par Hugolin Chevrette, doubleur québécois de Flynn. Toutes ces chansons ont le mérite de servir au scénario, de nous rappeler l'omniprésence de la musique dans les précédents longs-métrages du studio, mais aussi d'être très modernes, ce qui n'est pas pour déplaire.
     
    tangled-disneyscreencaps.com-858
    Maintenant, parlons graphismes. C'est là que mon jugement est mitigé. La texture de la peau des personnages est tout bonnement affreuse, ce qui est particulièrement notable quand Raiponce et Flynn sont mouillés(On dirait des poupées, c'est tout dire). D'un autre côté, nous avons les textures des décors qui sont encore une fois merveilleuses. Mais certains décors auraient gagné à être plus travaillés, comme le village lors de la vue aérienne de Flynn escaladant le château en début de film.
     
    J'ai dit que j'aborderais le sujet, alors je le fais maintenant: le film est principalement axé sur 
    tangled-disneyscreencaps.com-5405
    l'humour, ce qui se révèle être un point faible. Effectivement, le scénario manque drôlement de profondeur tant l'humour prend de la place. Il y manque un petit quelque chose qu'il y avait dans les autres films de la firme qui faisait que c'était des grands films. Ici, on a l'impression que c'est un long-métrage de basse facture tant on reste à la surface. Il n'y a pas beaucoup d'émotion, pas de revirement de situation notable ni de dialogues extraordinaires, sauf ceux qui doivent faire rire. En fait, nous devons attendre à la toute fin pour avoir tout ça, et je dois dire qu'on aurait pu en avoir plus. 
     
    Au final, Raiponce est un bon film mais, en tant que 50e classique d'animation, je m'attendais à beaucoup plus. Cela dit, si vous voulez un film drôle relativement bien construit mais qui ne vous poussera pas à réfléchir ni même à être complètement concentré sur celui-ci, Raiponce est un bon choix.
    tangled-disneyscreencaps.com-6173
    packaging
    Le Blu-ray+DVD de Raiponce est servi dans un fourreau en relief, puis dans un boîtier Amaray 2 disques sans tranche dans le milieu. Avec le boîtier est compris un petit livret publicitaire. À l'intérieur est annoncé: Les Incroyable en Blu-ray, Le roi lion en Blu-ray, les poupées de Raiponce, les fait que Blanche-Neige et les sept nains, Pinocchio et Fantasia retournent dans le coffre-fort Disney, Tron: l'héritage en Blu-ray, La fabulous aventure de Sharpay en Blu-ray, Dumbo en Blu-ray, le combo 2 films de Rox et Rouky et sa suite en Blu-ray, les deux suites de La belle et la bête en 
    Raiponce
    DVD, les parcs Disney, SunSational Savings, les crayons Raiponce, les produits dérivés Disney Princess(Notez la bourde dans la traduction: «Sens comme une vraie princesse» au lieu de «Sens-toi...») et Les Tobby et le chien fantôme en Blu-ray. Le boîtier comprend aussi un petit dépliant pour promouvoir le Blu-ray 3D.
     
    La jaquette est assez jolie quoique le style ne soit pas très recherché. On voit simplement Raiponce, Flynn, Maximus et Pascal se tenant pas très loin de la tour prêts à se battre. Le problème avec cette jaquette, je trouve, c'est qu'elle fait très enfantin et presque petite fille, impression que Disney a pourtant essayé d'éloigner en changeant le titre du film. Malgré tout, cette jaquette a quelques bons points, comme son fourreau par exemple. Le relief y est vraiment très présent, en fait, tout est en relief sur ce fourreau, et celui-ci est présenté avec un tel niveau de détail qu'il est très appréciable. De plus, j'apprécie particulièrement les deux tranches, l'une présentant Raiponce et l'autre Flynn.
     
    Le Blu-ray, comme on en a l'habitude, reprend la jaquette mais cette fois-ci, un simple rognage a été effectué, alors qu'on a été habitué à voir un changement dans la disposition des personnages normalement. Mais bon, ce n'est qu'un tout petit détail. Le DVD, lui, reprend le même principe que les autres de la compagnie en arborant une jolie(sarcasme) couleur grise.
    blu-ray
    Ce disque s'ouvre avec un menu des langues, comprenant le français, l'anglais, l'anglais en vidéo-description et l'espagnol avec pour fond une image du film où on voit une des mythiques lanternes. Très joli. Le logo de Disney Blu-ray m'apparaît par la suite, suivi des bandes-annonces qui commencent, en débutant par Les bagnoles 2 au cinéma(VFQ), suivi de Tron: l'héritage en Blu-ray(VFQ). Accessibles via le menu principal, les bandes-annonces de Clochette et le tournoi des fées(VFQ), Les Incroyable en Blu-ray(VFQ), Clochette et la mystérieuse forêt d'hiver(VFQ) et Les Tobby et le chien fantôme(VF) cohabitent avec les bandes-annonces visionnées précédemment.
     
    Le menu principal est sur la première chanson du film, «Où est la vraie vie?» en version instrumentale. Très agréable à entendre, cette musique donne le ton quant au style musical du film, ce qui est un bon point. Pour ce qui est du côté visuel du menu, on a simplement une vue de la tour, avec quelques animations comme la chute en arrière-plan ou des oiseaux qui volent de temps à autre. Simple, mais efficace. Lorsqu'on parle navigation, je peux considérer ce menu comme moyen. En effet, la fenêtre de sélection est tellement petite qu'il est impossible de voir plus d'un chapitre à la fois dans l'index des scènes et trois choix à la fois lorsqu'il s'agit de texte.
     
    Vu l'âge du long-métrage, il n'est pas très étonnant de voir que celui-ci est dans une excellente qualité sur ce Blu-ray. Cependant, il y a quelques défauts de compression, notamment pendant les scènes où c'est plus sombre, dans lesquelles il y a souvent un grain. Ce n'est pas extrêmement notable à moins que l'on soit à la recherche d'un défaut, comme je l'étais pour effectuer cette critique. Par contre, mention spéciale pour le menu contextuel qui est vraiment une merveille, excellemment bien réalisé, et aussi pour les textes en français durant le film.
     
    Nous avons droit à quelques suppléments dans cette édition, à commencer par les scènes coupées, qui sont au nombre de 3. La première est une version alternative de la scène à la taverne, qui est au final bien plus drôle que l'officielle mais aussi moins intéressante scénaristiquement parlant. La deuxième est une scène assez intéressante où on explore la chimie entre les deux personnages principaux. Celle-ci suit directement la première et précède également la troisième, qui, elle, raconte le passage dans la caravane du singe diseur de bonne aventure. Il est intéressant de voir qu'il s'agit en fait d'un segment entier qui a été transformé, et non des scènes prises un peu n'importe où dans le film.
     
    Dans le même ordre d'idée, nous passons ensuite à deux ouvertures originales. Ces deux introductions se ressemblent pas mal, quoique quelques éléments sont modifiés dans la deuxième version. Cela dit, les deux sont beaucoup plus traditionnels que celle du produit final. Ce supplément, tout comme les scènes coupées, est introduit par deux artisans du long-métrage.
     
    Nous passons ensuite au compte à rebours des 50 grands classiques Disney, déjà disponible sur Internet. Il est quand même très divertissant, et c'est un plaisir de découvrir cette vidéo à la musique entraînante dans la qualité optimale qu'offre le Blu-ray. Il aurait cependant gagné à être plus long et à ne pas être un simple montage d'extraits de film, mais plutôt une vidéo récapitulative à la manière de «Disney à travers les décennies» présent sur le Blu-ray de Blanche-Neige et les sept nains, cette fois-ci bien sûr en se centrant sur les classiques d'animation.
     
    Suit 2 chansons prolongées, «Où est la vraie vie?» et «N'écoute que moi», en anglais bien entendu. Mais l'intérêt de ces deux bonus ne réside pas tant dans sa partie inédite, qui est d'ailleurs très minime sur chacune des chansons, mais surtout dans la présence de plans non-terminées. Nous avons donc des plans que nous connaissons complétés dans le film, mais qui, ici, ne sont pas encore terminés. Ceci est très intéressant à regarder, et cela nous en apprend plus sur le procédé de production d'un tel film. Mention spéciale aux sous-titres qui, en plus d'adopter les vraies paroles des chansons, reprennent les québécoises et non les françaises(les deux versions étant extrêmement proches, ils auraient très bien pu conserver les sous-titres français).
     
    Enfin, le making-of se pointe sous un nom contenant un jeu de mots un peu douteux... Mais bon, je ne le pénaliserai pas pour son nom, surtout qu'il s'agit du making-of le plus dynamique que j'ai eu la chance de regarder. En effet, n'importe qui peut regarder ce making-of, même ceux pour qui ce n'est pas leur genre, tant il est amusant. Le problème avec ceci, c'est qu'au final, on n'est pas vraiment très informé sur la conception du film, mis à part quelques trucs que les fans savaient déjà comme le fait qu'un logiciel spécial a été créé pour la chevelure de Raiponce. Côté des sous-titres, deux choses. Premièrement, j'ai adoré le fait que la plupart des jeux de mots ont été bien récupérés en français, c'était du bon travail de ce côté. Malheureusement, certains sous-titres arrivent trop tôt et gâchent les jeux que nous proposent les animateurs.
     
    Suivent les bandes-accroches du film, très comiques, mais elles auraient gagné à être doublées, surtout lorsqu'on sait que la France a déjà ce doublage. Quoiqu'il en soit, c'est très original et inventif, et le nombre présent sur le disque est très appréciable.
     
    La conquête des bonus se termine avec une petite vidéo nous enseignant comment utiliser DisneyFile et une vidéo promotionnelle pour le Blu-ray 3D.
    dvd
    Ce disque s'ouvre avec un menu des langues, comprenant les même langues que sur le Blu-ray mais avec un fond différent, soit une vue du château. Cette image est, selon moi, mieux réalisé que celle du Blu-ray et aussi plus jolie(même si de plus basse qualité, cela va de soi!)M'apparaît par la suite le logo de Disney, suivi de l'option FastPlay. Les bandes-annonces de Les bagnoles 2 au cinéma(VFQ), Le roi lion en Blu-ray(VF avec titres en français), Clochette et le tournoi des fées en Blu-ray(VFQ), Tron: l'héritage en Blu-ray(VFQ), Bambi 2 en Blu-ray(VF avec titres en français, avec une erreur au mot Nouveau[Nouvea]), Dumbo en Blu-ray(VF avec titres en français), Les Incroyable(VFQ avec titres en français), Clochette et la mystérieuse forêt d'hiver en Blu-ray(VFQ avec titres en français), Les Tobby et le chien fantôme en Blu-ray(VF avec titres en québécois) sont disponibles via le menu principal.
     
    Parlons-en du menu principal qui est en fait le même que celui du Blu-ray! L'index des scènes se passe sur une merveilleuse musique et est accompagné d'un visuel de la soirée des lanternes. Les suppléments sont disponibles sur un menu animé où Raiponce tourne autour d'un arbre. L'animation est ici bien apprécié, quoiqu'une vraie transition entre le menu principal et celui-ci aurait été la bienvenue. Le menu de la configuration présente un visuel promotionnel sur un décor du film, ce qui est vraiment une mauvaise idée puisque ça rend très mal. Malheureusement, les sous-menus prennent le même principe.
     
    Le film n'est vraiment pas génial sur DVD par rapport au Blu-ray, il est en fait à peine écoutable. Les défauts de compression sont aussi présent sur ce disque que sur le support précédemment testé.
     
    Comme bonus, nous n'avons que les ouvertures originales et le compte à rebours des 50 grands classiques. De quoi faire rager les détenteurs de l'édition DVD simple. Aussi présent dans cette section, la vidéo promotionnelle de DisneyFile, dont tout le monde se fiche.
    Note
    7
    79
    6
    7
    Total: 73%

    La note de 73% est donc accordée à cette édition standard de Raiponce. Le long-métrage en lui-même n'a peut-être rien de bien particulier, mais c'est quand même le 50e et il me semble que l'édition aurait, juste pour ce fait, dû contenir plus de bonus, surtout un commentaire audio dont l'absence se ressent. L'image est assez décevant compte tenu de l'âge du film, puisqu'elle aurait techniquement dû être parfaite. Cela dit, le manque d'implication se ressent jusqu'à la jaquette, au design enfantin. Heureusement, les menus sauvent la mise et la présence de titres en français durant le film autant que sur plusieurs bandes-annonces du DVD est assez apprécié pour donner 7 points bonus à l'édition, même si, du côté des bandes-annonces, ces titres sont quelques fois assez mal faits(surtout pour Dumbo) et que la présence de ceux-ci sur le Blu-ray aurait été la bienvenue.
     
    Bref, une édition à se procurer, même si la jaquette affreuse ne vous donne pas envie, juste pour écouter Raiponce dans une bonne qualité, mais certainement pas pour en découvrir plus sur le film.  
     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :